Publié le 03 juillet 2018 - Mis à jour le

Violences conjugales : en parler et agir

Insultes, humiliations, gifles, coups, jalousie, pratiques sexuelles forcées… Les violences conjugales touchent 225 000 femmes par an. Soit plus de 600 victimes par jour… Nous pouvons tous agir.

Victime ou témoin : BRISEZ LE SILENCE !

Face aux violences, libérons la PAROLE…

Nous pouvons TOUS aider.

3919 le numéro national unique destiné
aux victimes ou témoins de violence 

Attention : cette plateforme ne traite pas les situations d’urgences. L’appel, anonyme et gratuit, ne figurera pas sur votre facture téléphonique.
Du lundi au vendredi de 9h à 22h, samedi, dimanche et jours fériés de 9h à 18h.

Si vous êtes victime de violences conjugales 

  • Portez plainte au commissariat de police ou à la gendarmerie afin d’enclencher une action judiciaire contre l’auteur des violences.
  • Faites établir un certificat médical aux urgences de l’hôpital ou par un médecin pour constater les traces de coups, blessures ou traumatismes psychologiques.
  • Entreprenez une procédure en requête d’urgence auprès du juge aux affaires familiales afin d’obtenir l’autorisation de résidence séparée à titre provisoire (cette autorisation concerne également les enfants mineurs).
  • En fonction de vos ressources, vous pouvez bénéficier d’une aide juridictionnelle partielle ou totale.

En cas d’urgence

Appelez police secours au 17 ou le 112 depuis un portable.
Pour un hébergement d’urgence, composez le 115.

Un réseau départemental a été créé pour vous accompagner.

Où s'adresser?

  • Les services de police (gendarmerie ou commissariat) accueillent, soutiennent, informent les victimes et les aident à constituer les éléments de preuves nécessaires à la défense de leurs droits.
  • Un accueil de jour pour informer et orienter situé 52, avenue du général de Gaulle à Soissons. Ouvert du lundi au dimanche de 10h à 16h sans RDV, téléphone 03 23 55 66 33.
  • Les services de santé : votre médecin traitant ou les urgences des services hospitaliers où vous pouvez être reçu 24 h/24 pour des soins urgents, pourront vous entendre, vous aider et vous orienter vers des services spécialisés.
  • Les tribunaux de Grande Instance : le juge aux affaires familiales peut être saisi afin d’obtenir une autorisation provisoire de résidence séparée en urgence.
  • Des associations d’aides aux victimes :
  1. ADAVEM02- Association Départementale d’Aide aux Victimes et de Médiation de l’Aisne 03 23 20 65 61 (sur rendez-vous)
  2. CIDFF02 – Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles de l’Aisne 03 23 79 30 14 (sur rendez-vous). Consultations gratuites et confidentielles.