• Développement des territoires

Publié le 17 août 2018 - Mis à jour le

SURVEILLANCE DES OUVRAGES D’ART

Le Département de l’Aisne a la responsabilité de près de 1 000 ouvrages d’art sur 5 500 km de routes départementales. Des contrôles sont opérés régulièrement afin d’assurer la sécurité des usagers.

Surveillance et contrôles

Les règles de surveillance des ouvrages d’art sont principalement édictées par l’instruction technique pour la surveillance et l’entretien des ouvrages d’art (éditée en 2010 par le SETRA).

Ces règles s’appliquent aux ponts de plus de 2 mètres d’ouverture, aux murs de soutènement de plus de 2 mètres de haut, aux tunnels (aucun tunnel routier dans l’Aisne).

La surveillance des ouvrages d’art est structurée selon 2 niveaux :

  • les contrôles périodiques : il s’agit de contrôles simples visuels effectués selon une périodicité comprise entre 1 à 3 ans. Ils sont réalisés par des agents de la voirie départementale. Ces contrôles font l’objet d’un constat qui mentionne l’identification de l’ouvrage, la date de la visite, les anomalies constatées et leurs évolutions, les parties qui n’ont pu être évaluées.
  • les inspections détaillées : il s’agit de diagnostics minutieux réalisés par des bureaux d’études spécialisées. Si les fondations sont immergées, ces inspections peuvent être en partie subaquatiques. La périodicité normale est de 6 ans. Elle peut être portée à 9 ans ou ramenée à 3 ans selon la sensibilité de l’ouvrage.

Ces contrôles permettent de noter l’état de chaque ouvrage selon un référentiel technique national nommé IQOA, puis de définir les priorités d’interventions en matière de travaux : entretien courant, entretien spécialisé, réparations courantes ou urgentes, mesures de sauvegarde en cas de risque pour les usagers.

Entretien et réhabilitation

L’entretien des ponts s’opère selon différents niveaux :

  • l’entretien courant (nettoyage, désherbage, rejointoiements…) est effectué en régie par les agents de travaux du Département.
  • les réparations spécialisées (maçonnerie, étanchéité, remplacement de pièces de pont, mises en peinture…) sont réalisées par des entreprises privées pour un montant annuel de l’ordre de 1,5 M€.
  • les réhabilitations lourdes et reconstructions selon des échéances et montants financiers variables en fonction des priorités détectées (de 0,5 à 2 M€ annuels).

Ces dernières années ont vu la reconstruction des ouvrages de Condren, Guny, Pont-Arcy, Vadencourt, Lehaucourt et Manicamp. Dans les prochains mois, les travaux de reconstruction du pont de Mennessis seront lancés.

L’ouvrage le plus important géré par le Département est le viaduc de la RD1029 à Saint-Quentin, long d’environ 600 m et supportant un trafic de l’ordre de 29 000 véhicules/jour.

Soutien technique

Le Département peut également apporter un soutien technique et/ou financier aux communes et intercommunalités propriétaires de ponts sur leur réseau routier.

Créée en 2013, l’agence départementale d’ingénierie pour les collectivités de l’Aisne (ADICA) accompagne les communes et intercommunalités adhérentes dans leurs travaux de bâtiments et voirie. Elle propose une assistance dans les ouvrages d’art aux communes qui ont l’obligation de suivi et d’entretien de leurs ponts. S’appuyant sur les ressources du Département, l’ADICA opère une visite-diagnostic afin d’évaluer l’état de l’ouvrage et définir une programmation des interventions nécessaires.

BON A SAVOIR

Le Département a mis en place le dispositif Aisne Partenariat Voirie (APV) pour aider les communes à entretenir le réseau routier, dont les ouvrages d’art, jusqu’à 70% du montant HT des travaux. Une enveloppe d’1M d’euros a été votée pour 2018.

Les ponts de l'Aisne